Tous les nouveaux articles>L'agro-tourisme et nous

L'agro-tourisme et nous

L'agro-tourisme et nous

Nous avons été contactés par une plate-forme d'agro-tourisme pour savoir si cela nous intéresserait de devenir un de leurs partenaires. Présentée comme un complément de revenus pour nous, voici ce qu'il en est réellement quand on gratte un peu leur publicité.

Ils présentent leurs prestations comme l'immersion de citadins dans le monde agricole et une pause à la campagne. Plus qu'une visite, nous devons transmettre via la rencontre et la mise en pratique de notre savoir-faire tout en leur laissant la possibilité de ralentir le rythme (non ce n'est pas juste l'agriculteur sympa qui vous propose de lui même d'aller vous promener ou faire une sieste c'est dans le fascicule )

Loin de nous l'idée de ne pas vouloir accueillir du monde à la ferme, mais nous trouvons que ce qu'ils demandent donne une image biaisée de la vie à la ferme.

Il est quasiment impossible d'aider les citadins à se rendre réellement compte du travail à la ferme en les accueillant de 10h à 18h et en les laissant ralentir le rythme.
Certes avec de la discussion, nous pouvons partager sur le sujet et expliquer la quantité de travail mais sans le vivre sur une durée plus longue (type wwoofing), nous trouvons que cela reste abstrait.
Donc au lieu de présenter la vie à ferme, cela présente des "vacances à la ferme" ou juste la partie sympa de notre boulot, car non un agriculteur/producteur n'a pas le temps d'aller se promener ou s'asseoir dans le pré toutes les après-midis avec ses biquettes ou ses ânes (même si on aimerait bien)…

Dans notre cas par exemple, l'emploi du temps se découpe à peu près comme tel (en % du temps de travail) :
- ventes, livraisons, administratif et communication 43%
- production des cosmétiques et entretien savonnerie 28%
- travail avec les animaux, entretien bâtiments, clôtures… 25%
- reste un tout petit peu pour les imprévus...

De plus, le client paye cette prestation, jusque là nous trouvons cela normal mais ce qui nous semble l'être moins c'est la répartition qui est faite par la suite. Si nous acceptions, nous toucherions 46% de ce que paye la personne.

Pour être plus concret, si une ou deux personnes viennent pour une journée repas du midi compris, nous toucherions 90€ TTC pour la journée (admettons de 10h à 18h). Allez on fait un calcul rapide, en hors taxe, on arrive à 75€, le repas des deux personnes en moins (on a dire qu'on mange léger), on arrive à 65€. On nous demande de faire un cadeau aux participants (apparemment partager un voir des savoir-faire n'est pas assez) au moment de leur départ, on est descendu à 60€.
Notre travail est donc estimé à 60€ pour 8h de travail donc 7.5€ de l'heure, sur lesquelles nous payons bien sur des charges sociales.

Je ne dis pas que la plate-forme n'a pas de charges non plus mais je ne les connais pas et je doute que leur salaire soit à ce tarif horaire, sachant que les clients réservent via internet et que c'est à nous de gérer notre planning.

Alors certes nous ne sommes pas à l'euro près, mais de là à présenter ces prestations comme des revenus complémentaires aux pauvres agriculteurs qui n'ont pas de sous mais beaucoup de chance d'avoir pleins d'animaux à câliner, et proposer un ratio de 46/54 je ne suis pas tout à fait d'accord.

Et est-ce vraiment un hasard si en fin de reportage, la musique correspond à celle de l'amour est dans le pré ?… 

Bref, vous l'aurez compris, comme pour Amazon, nous déclinons l'offre. Si vous voulez que l'on discute de notre travail, ce sera avec plaisir lors d'une visite ou d'un marché. Et si vous voulez vraiment vous rendre compte du travail que cela représente, on est toujours ok pour du wwoofing .

Mais sans passer par ce système, pourquoi refuser l'agro-tourisme ? 

Nous avions pu l'expérimenter lors d'un emploi précédent, et ce n'est tout simplement pas pour nous. Cela impliquerait de commencer une "nouvelle journée" de travail quand la première se termine. 

Et comme notre métier nous prend tout notre temps, je ne vois pas comment nous pourrions vous préparer une chambre ou un repas pour 20h quand je suis encore en savonnerie à ce moment là ou sur la route du retour d'une permanence en boutique. 

Bref c'est un autre travail, que d'autres que nous font très bien et pour certains dans notre hameau. 

Et même sans dormir à la ferme, vous pouvez tout à fait venir la découvrir lors des visites libres du mercredi après-midi ou sur rendez-vous.

Reportage de cette plateforme visible à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=j9C0dkij8yw&t=18s&fbclid=IwAR1UxUp9cUh_5ZTat4SLDA28S07HryakWfWT3aOK_0Nb_ozKoZWVWaK6GJc

Laisser une réponse